Suivez-nous sur :

  facebook twiter youtubenewsletter

 

Lundi à jeudi de 8h à 17h
Vendredi de 8h à 16h

Standard : +689 40416500
FAX : +689 40419242

 

Rapport synthétique de la Conférence des 40 ans du CESC

Page 1 de Livret 40 ans CESC vf

pdf Rapport synthétique de la Conférence du CESC du 11 juillet 2017

La reconnaissance par l'Etat des droits des victimes des essais nucléaires français

Rapport 139 CESC

Rapport n° 139/CESC du 15-11-20062.8 Mo

Réforme et modernisation du statut de patenté ou entrepreneur individuel en Polynésie française

Rapport153

pdfRapport153-CESC.pdf1.34 Mo

L'avenir de la Polynésie française face à une gouvernance durable de son patrimoine marin

Rapport-152-CESC-patrimoine-marin

pdfRapport n° 152/CESC du 21/01/20154.30 Mo

L'implantation de jeux de casino en Polynésie française

pdfRapport 149-CESC803.66 Ko

L'emploi des jeunes en Polynésie française

pdfTélécharger PDF4.52 Mo

Feuilletez le document

L'aménagement des plages publiques

 Télécharger PDF 3.08 Mo

Le sport en Polynésie française

pdfTéléchargez le PDF4.03 Mo

Rapport sur la réforme de la PSG

pdfTéléchargez le PDF2.12 Mo

Feuilletez le document

Rapport d'activité 2016 du CESC

Rapport d'activité 2016 du CESC

pdfRapport d'activité 20162.34 Mo

Rapport d'activité 2015 du CESC

Rapport d'activité 2015 du CESC

pdfTélécharger le PDF2.19 Mo

RAPPORT D'ACTIVITE 2014

pdfRapport d'Activité 20141.59 Mo

Bilan d'activité 2012

pdfTéléchargez le PDF14.18 Mo

Bilan d'activité 2011

bilan-activite-2011-cesc

pdfTéléchargez le PDF10.28 Mo

Bilan de mandature 2009-2013

Bilan de mandature 2009-2013

pdfBilan de mandature 2009-20133.97 Mo

Derniers rapports en ligne

  • Avis 99/2017 en date du 09/11/17

    sur le projet de « loi du pays » portant diverses mesures en faveur de l’accessibilité foncière

    pdfAvis n°99/2017

  • Avis 98/2017 en date du 09/11/17

    sur le projet de "loi du pays" modifiant le code de l’environnement et fixant les conditions et modalités de création, d’exploitation et de suivi des sites pilotes dénommés « Centres d’Enfouissement Techniques Simplifiés »

    pdfAvis n°98/2017

>> Consultez tous les rapports & avis

Agenda

  • Jeudi 9 novembre 2017

    8h30 - Assemblée plénière : 

    1) Etude avant adoption du projet d'avis sur le projet de "loi du pays" modifiant le code de l'environnement et fixant les conditions et les modalités de création, d'exploitation et de suivi des sites pilotes dénommés centres d'enfouissement techniques simplifiés ;

    2) Etude avant adoption du projet d'avis sur le projet de "loi du pays" portant diverses mesures en faveur de l'accessibilité foncière.

     
  • Mardi 7 novembre 2017

    8h30 - Assemblée plénière :

    1) Examen et adoption d'un projet d'avis sur le projet de "loi du pays" portant modification de la "loi du pays" n°2015-3 du 25 février 2015 modifiée relative aux conditions d'admission au régime de solidarité "RSPF" et au contrôle de leur respect.

    2) Présentation de l'enquête emploi et Budget des familles par l'Institut de la Statistique de Polynésie française.

     
  • Jeudi 17 août 2017

    8h30 - Assemblée plénière : Examen et adoption du projet d’avis sur un projet de « loi du Pays » portant modification du livre II de la partie I du code du travail relatif au contrat de travail et du livre VI de la partie V du code du travail relatif au travail illégal. Le projet d’avis sera présenté par mesdames Marie-Hélène TIRAO et Diana YIENG KOW en leur qualité de rapporteures.

     
  • Mardi 25 juillet 2017

    08h00 - Assemblée plénière : Examen et adoption du projet d’avis sur le projet de "loi du pays" relatif aux aides au secteur de la pêche, présenté par madame Lucie TIFFENAT et monsieur Félix FONG en leur qualité de rapporteurs.

     
>> Consulter tout l'agenda

Assemblée plénière

Les membres du Conseil économique, social et culturel se sont réunis en assemblée plénière pour émettre l'avis de l'institution sur deux saisines du Président du Pays portant l'une sur le projet de « loi du pays » portant modification de la délibération n°99-176/APF du 14 octobre 1999 modifiée, relative à l'organisation et à la promotion des activités physiques et sportives en Polynésie française, et l'autre sur le projet de « loi du pays » portant modification de la 2ème partie législative du code de la propriété intellectuelle, intitulée « la propriété industrielle ».

 

Le projet de « loi du pays » relative à l'organisation et à la promotion des activités physiques et sportives en Polynésie française.

A l'occasion de l'organisation de la 7ème coupe du monde de Beach Soccer qui devrait se tenir à Tahiti en septembre 2013, le Pays s'est engagé vis à vis de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA) à « reconnaître, à respecter et à lui garantir plusieurs droits dont les droits commerciaux liés à l'évènement : droits médiatiques, droits de marketing, droit de billetterie, etc. ».

Il s'agit de reconnaître clairement aux organisateurs la propriété de l'ensemble des droits sur les manifestations ou les compétitions qu'ils organisent et la possibilité de négocier des accords financiers auprès d'acteurs et partenaires intéressés.

Protection des droits commerciaux et source de financement pour la filière sportive

Le CESC est conscient que le sport (professionnel en particulier) tire essentiellement ses ressources de l'exploitation commerciale d'évènements et de compétitions. Les droits d'exploitation permettent aux fédérations et autres entités du sport d'obtenir des ressources financières non négligeables, de financer le fonctionnement de leurs organismes et de développer leurs politiques sportives.

Les sponsors, publicitaires, médias, propriétaires de marque sont autant de partenaires sportifs et financiers qui participent à la valorisation des disciplines sportives mais aussi à une véritable industrie. A l'inverse, Internet, l'« ambush marketing », l'utilisation non autorisée du nom d'un évènement représentent des dangers qui menacent la rentabilité des grands évènements sportifs.
Le CESC reconnaît que le principe de garantir la protection juridique des droits d'exploitation des manifestations sportives en faveur de ses organisateurs est une nécessité. Il s'agit de définir des règles formelles et de protéger des investissements financiers et humains importants.

Garantir la liberté d'information et la sécurité des contrats en cours

Le CESC préconise que l'article L.333-6 du Code des sports et tous ceux susceptibles de protéger le droit minimum à l'information et à la liberté de la presse soient étendus par l'Etat à la Polynésie française.

Avis favorable adopté

Le Conseil économique, social et culturel souhaite néanmoins que la coupe du monde de Beach soccer, élément déclencheur de l'élaboration de ce projet de texte, soit un franc succès pour l'organisateur, pour les sportifs, pour le public, pour l'ensemble des partenaires -privés et publics- concernés et plus largement, pour l'ensemble de l'économie polynésienne.

Considérant que le projet de « loi du pays » ne déroge pas aux habitudes locales et respecte l'esprit du Code du sport national, le Conseil économique, social et culturel émet un avis favorable.

L'avis favorable est adopté par 33 voix "Pour" et 1 abstention.

Projet de « loi du pays » portant modification de la 2ème partie législative du code de la propriété intellectuelle, intitulée « la propriété industrielle ».

Depuis l'entrée en vigueur de la loi organique n° 192-2004 du 27 février 2004 modifiée, la Polynésie française est compétente en matière de droit de la propriété intellectuelle.

Ce projet de texte vise à apporter les principales modifications suivantes :

  •  protéger en Polynésie française, les titres de propriété industrielle délivrés par l'Institut National de la Propriété Industrielle (INPI) avant et après l'entrée en vigueur de la loi organique n° 2004-192 du 27 février 2004 modifiée,
  •  identifier et mettre en place un organisme polynésien assurant le « cœur des missions » de l'INPI métropolitain,
  •  sécuriser en droit l'action de l'administration des douanes et le renforcement de ses moyens d'action sur le plan juridique,
  •  mettre à jour, intégrer et adapter des dispositions résultant de conventions internationales ou de l'évolution du droit.

Ce projet de texte s'inscrit dans la perspective de la prochaine coupe du monde de Beach Soccer qui devrait avoir lieu du 18 au 28 septembre 2013 en Polynésie française.

En effet, au regard des engagements commerciaux pris par la Polynésie française auprès de la Fédération Internationale de Football Association (FIFA), le gouvernement affirme que la modification du Code de la propriété intellectuelle est nécessaire afin de garantir au plus tôt la protection des droits de propriété industrielle de la FIFA sur le sol polynésien.Le CESC est également conscient que, pour l'organisateur et les partenaires, le financement des événements sportifs de ce type dépend en grande partie de la commercialisation des droits de retransmission télévisée et des droits de marketing qui y sont associés.Cependant le CESC affirme qu'une « loi du pays » visant à protéger les droits de la propriété intellectuelle en Polynésie française ne doit pas être de pure circonstance. Elle doit être compatible avec les enjeux de développement et offrir des garanties de protection optimales s'inscrivant dans la durée, particulièrement pour les déposants polynésiens désireux de développer et de valoriser leurs innovations.

La mise en place d'un bureau de la propriété industrielle au sein de la Direction générale des affaires économiques (DGAE) en Polynésie française et l'organisation de ses missions sont sujettes à caution.

Le CESC relève que parmi les principes directeurs du projet de « loi du pays » proposé, la modification du Code de la propriété intellectuelle applicable en Polynésie française vise notamment à identifier et mettre en place un organisme polynésien assurant pour partie des missions de l'INPI métropolitain.Ainsi, la DGAE devrait temporairement être chargée des missions de l'INPI. L'exposé des motifs précise, que « le cœur des missions » de l'INPI sera confié à la DGAE, à savoir :

« la réception et l'examen des dépôts de demandes de titres,-la surveillance et le maintien des titres de propriété délivrés,-la diffusion des informations techniques, commerciales et financières contenues dans les titres et les instruments centralisés de publicité légale. »

Ces opérations devraient selon les estimations de la DGAE « largement » permettre de financer les dépenses liées à la mise en œuvre de ses nouvelles missions, en attendant que la Polynésie française décide de créer une structure totalement dédiée à cette lourde charge Les services techniques estiment que les grandes marques voudront protéger leurs droits en Polynésie française. Environ un tiers des propriétaires de marques déposées à l'INPI, soit environ 30 000 marques, pourraient vouloir protéger leurs titres en Polynésie française générant à terme une recette prévisionnelle de l'ordre de « 200 à 500 millions de F CFP ».

Le CESC rappelle que la Polynésie représente un marché extrêmement restreint qui ne constitue pas forcément une cible commerciale pour les grandes marques. Aussi, la fiabilité des estimations proposées reste à ce jour difficilement appréciable.

Avis rendu à l'unanimité

Le CESC considère qu'il est indispensable que la Polynésie française mette à jour et clarifie les règles visant à garantir la protection des droits de la propriété intellectuelle sur son territoire et en particulier les droits de la propriété industrielle.

Par ailleurs, la Polynésie française doit proposer un cadre favorable à l'organisation et à la promotion d'événements internationaux en protégeant les droits des participants et partenaires.Aussi, le CESC préconise plutôt que la Polynésie française passe une convention de délégation la plus large possible avec l'INPI dans un domaine de compétence qu'elle n'est pas raisonnablement en mesure d'assumer, sans un surcoût certain et une insécurité juridique pour les acteurs polynésiens.

Tous les moyens doivent être mis en œuvre pour que la gestion administrative et technique soit reprise par l'INPI.

En conséquence, le CESC émet un avis:

  • favorable sur le principe de sécurisation des droits de propriété industrielle sur le territoire de la Polynésie française,
  • défavorable sur la prise en charge de l'instruction administrative et technique des dépôts de marques, brevets, etc. par la DGAE ou tout autre service administratif.

Suivez-nous sur :

  facebook twiter youtubenewsletter

 

Lundi à jeudi de 8h à 17h
Vendredi de 8h à 16h

Standard : +689 40416500
FAX : +689 40419242