Le Président Jean TAMA a été reçu par le président du Syndicat pour la Promotion des Communes de la Polynésie française, monsieur Teriitepaiatua MAIHI, entouré de ses collaborateurs.  Tous deux originaires de Moorea, les deux hommes se connaissent déjà fort bien.

Pendant cette rencontre, le président du SPC-PF a évoqué les inquiétudes des maires polynésiens pour ce qui concerne le FIP, et plus particulièrement l'absence de moyens en trésorerie du Pays pour financer sa quote-part, au côté de l'État.

Monsieur MAIHI et de nombreux maires ne sont pas en accord avec le Sénateur TUHEIAVA sur le transfert au Pays des compétences que les communes ont reçues en matière de potabilisation de l'eau, de traitement des déchets, et de l'assainissement des eaux usées. De nombreuses communes se sont déjà bien engagées dans la mise en œuvre de ces compétences. Les tavana estiment que les moyens prévus par la loi doivent impérativement accompagner ce processus tant en termes d'investissement comme c'est déjà le cas, qu'en termes de fonctionnement. Or c'est bien ce dernier volet qui fait défaut, selon monsieur MAIHI.

Monsieur TAMA a souhaité évoquer avec celui-ci le problème des habitants de Moorea travaillant à Papeete et des étudiants fréquentant les établissements scolaires de Tahiti, par rapport à la taxe de passage qui ne s'applique qu'aux usagers de Moorea et pas à ceux de Raiatea par exemple, ainsi que l'arrêt annoncé des rotations du Moorea Ferry.

Le président du SPC-PF est enchanté de pouvoir entretenir de bonnes relations avec la société civile organisée qui, par les avis et recommandations qu'elle émet au regard des projets de "lois du pays" qui lui sont soumises, tient un rôle essentiel.