VENDREDI 9 DÉCEMBRE 2011
VISITE DE COURTOISIE DU DÉPUTÉ BRUNO SANDRAS
A l'occasion d'une visite de courtoisie, le Président Jean TAMA a reçu ce matin le député Bruno SANDRAS au siège du Conseil économique, social et culturel.
Le nouveau et l'ancien président de l'institution
Ce dernier ayant occupé le même siège que monsieur TAMA d'octobre 1999 à août 2000, la discussion a porté de prime abord sur les compétences et objectifs de l'institution. Envisageant de quitter le CESC à la fin de sa mandature dans deux ans, monsieur Jean TAMA compte bien mettre ce temps à profit pour procéder notamment à la modification des textes règlementaires de l'institution afin d'instaurer une présidence tournante au sein des trois collèges : salariés, entrepreneurs et travailleurs indépendants (employeurs), vie collective (associations). Le député SANDRAS précise que cette disposition existait déjà au CESC lorsqu'il présidait l'institution. A cette époque, quatre collèges composaient le CESC : le secteur primaire (agriculteurs, pêcheurs, perliculteurs), les salariés, les employeurs, et le secteur associatif.
Le député Bruno SANDRAS évoque la crise économique et sociale qui touche principalement le secteur privé (tourisme, bâtiment, commerce, pêche, etc.), et la baisse du budget du Pays pour 2012 qui ne favorisera pas la relance économique tant attendue. La baisse du budget du Pays d'environ 10 % entrainera ipso facto une forte réduction de la commande publique. L'absence d'initiative du Pays pour la construction de logements sociaux est d'autant plus préoccupante que le financement de l'État à travers le Contrat de Projets à hauteur de 50 % existe réellement.
Le député considère que le Pays s'est approprié de trop nombreuses compétences qu'il n'arrive pas à assumer pleinement et estime qu'il peut être plus sage d'en restituer certaines à l'État.
Monsieur TAMA appelle l'État et le Pays à prendre leurs responsabilités et à œuvrer ensemble pour le développement économique et social du fenua.

A l'occasion d'une visite de courtoisie, le Président Jean TAMA a reçu ce matin le député Bruno SANDRAS au siège du Conseil économique, social et culturel.

Le nouveau et l'ancien président de l'institution

Ce dernier ayant occupé le même siège que monsieur TAMA d'octobre 1999 à août 2000, la discussion a porté de prime abord sur les compétences et objectifs de l'institution. Envisageant de quitter le CESC à la fin de sa mandature dans deux ans, monsieur Jean TAMA compte bien mettre ce temps à profit pour procéder notamment à la modification des textes règlementaires de l'institution afin d'instaurer une présidence tournante au sein des trois collèges : salariés, entrepreneurs et travailleurs indépendants (employeurs), vie collective (associations). Le député SANDRAS précise que cette disposition existait déjà au CESC lorsqu'il présidait l'institution. A cette époque, quatre collèges composaient le CESC : le secteur primaire (agriculteurs, pêcheurs, perliculteurs), les salariés, les employeurs, et le secteur associatif.

Le député Bruno SANDRAS évoque la crise économique et sociale qui touche principalement le secteur privé (tourisme, bâtiment, commerce, pêche, etc.), et la baisse du budget du Pays pour 2012 qui ne favorisera pas la relance économique tant attendue. La baisse du budget du Pays d'environ 10 % entrainera ipso facto une forte réduction de la commande publique. L'absence d'initiative du Pays pour la construction de logements sociaux est d'autant plus préoccupante que le financement de l'État à travers le Contrat de Projets à hauteur de 50 % existe réellement.

Le député considère que le Pays s'est approprié de trop nombreuses compétences qu'il n'arrive pas à assumer pleinement et estime qu'il peut être plus sage d'en restituer certaines à l'État.

Monsieur TAMA appelle l'État et le Pays à prendre leurs responsabilités et à œuvrer ensemble pour le développement économique et social du fenua.