Madame Raymonde RAOULX, Présidente du Conseil économique, social et culturel, a tenu une conférence de presse aux côtés de messieurs John DOOM et Émile BONNEFIN.

Ensemble, ils ont présentés à tous les médias présents le règlement intérieur de l’institution traduit en reo maohi par monsieur BONNEFIN pendant un stage qu’il a réalisé au sein du Conseil pendant les vacances universitaires.

De gauche à droite : M. Émile BONNEFIN, M. John DOOM, Mme Raymonde RAOULX

Avec l’aimable collaboration et l’expertise de monsieur John DOOM, académicien et membre du CESC, cet exercice a nécessité pas moins de cinq semaines de travail à ce jeune étudiant en deuxième année de licence de reo maohi à l’Université. Certains termes spécifiques n’existent pas encore dans le dictionnaire de l’Académie tahitienne, tels « saisine » ou « autosaisine ». Il a ainsi fallu rechercher les mots les plus appropriés pour les exprimer au mieux.

Ce règlement intérieur en langue tahitienne est un outil utile qui permettra, aux membres du CESC et à tous les polynésiens qui ne maitrisent pas complètement la langue française, de mieux comprendre les dispositions qui fixent les règles de fonctionnement de l’institution.

Adopté en 2005, le règlement intérieur du CESC a été publié au Journal officiel de la Polynésie française et peut être déféré devant le tribunal administratif.

Le CESC est la première institution à traduire son règlement intérieur en reo maohi. Il est téléchargeable sur son site internet www.cesc.pf à la rubrique « textes constitutifs ».

Lors des commissions et sessions plénières du Conseil, les membres s’expriment dans la langue de leur choix. De manière générale, ils traduisent volontiers en français leurs interventions en langue polynésienne. A titre anecdotique, lors d’une session plénière placée sous le signe de l’année des Outre-mer, les conseillers se sont exprimés un court instant en langue tahitienne, en paumotu, en marquisien, et en chinois.

La mise en place d’un service de traduction simultanée a été projetée, mais son coût prohibitif n’engage pas le CESC à le concrétiser compte tenu des restrictions budgétaires qui touchent l’ensemble des institutions.

Dans le cadre du plan de formation des membres du CESC, ceux-ci ont pu bénéficier de cours de reo maohi, d’un enseignement aux techniques de prise de parole en public, ainsi que d’un exposé sur le droit de la concurrence et sur les « lois du pays ».