Suivez-nous sur :

  facebook twiter youtubenewsletter

 

Lundi à jeudi de 8h à 17h
Vendredi de 8h à 16h

Standard : +689 40416500
FAX : +689 40419242

 

La reconnaissance par l'Etat des droits des victimes des essais nucléaires français

Rapport 139 CESC

Rapport n° 139/CESC du 15-11-20062.8 Mo

Réforme et modernisation du statut de patenté ou entrepreneur individuel en Polynésie française

Rapport153

pdfRapport153-CESC.pdf1.34 Mo

L'avenir de la Polynésie française face à une gouvernance durable de son patrimoine marin

Rapport-152-CESC-patrimoine-marin

pdfRapport n° 152/CESC du 21/01/20154.30 Mo

L'implantation de jeux de casino en Polynésie française

pdfRapport 149-CESC803.66 Ko

L'emploi des jeunes en Polynésie française

pdfTélécharger PDF4.52 Mo

Feuilletez le document

L'aménagement des plages publiques

 Télécharger PDF 3.08 Mo

Le sport en Polynésie française

pdfTéléchargez le PDF4.03 Mo

Rapport sur la réforme de la PSG

pdfTéléchargez le PDF2.12 Mo

Feuilletez le document

Rapport synthétique de la Conférence des 40 ans du CESC

Page 1 de Livret 40 ans CESC vf

pdf Rapport synthétique de la Conférence du CESC du 11 juillet 2017

Rapport d'activité 2016 du CESC

Rapport d'activité 2016 du CESC

pdfRapport d'activité 20162.34 Mo

Rapport d'activité 2015 du CESC

Rapport d'activité 2015 du CESC

pdfTélécharger le PDF2.19 Mo

RAPPORT D'ACTIVITE 2014

pdfRapport d'Activité 20141.59 Mo

Bilan d'activité 2012

pdfTéléchargez le PDF14.18 Mo

Bilan d'activité 2011

bilan-activite-2011-cesc

pdfTéléchargez le PDF10.28 Mo

Bilan de mandature 2009-2013

Bilan de mandature 2009-2013

pdfBilan de mandature 2009-20133.97 Mo

Derniers rapports en ligne

  • Avis 99/2017 en date du 09/11/17

    sur le projet de « loi du pays » portant diverses mesures en faveur de l’accessibilité foncière

    pdfAvis n°99/2017

  • Avis 98/2017 en date du 09/11/17

    sur le projet de "loi du pays" modifiant le code de l’environnement et fixant les conditions et modalités de création, d’exploitation et de suivi des sites pilotes dénommés « Centres d’Enfouissement Techniques Simplifiés »

    pdfAvis n°98/2017

>> Consultez tous les rapports & avis

Agenda

  • Jeudi 9 novembre 2017

    8h30 - Assemblée plénière : 

    1) Etude avant adoption du projet d'avis sur le projet de "loi du pays" modifiant le code de l'environnement et fixant les conditions et les modalités de création, d'exploitation et de suivi des sites pilotes dénommés centres d'enfouissement techniques simplifiés ;

    2) Etude avant adoption du projet d'avis sur le projet de "loi du pays" portant diverses mesures en faveur de l'accessibilité foncière.

     
  • Mardi 7 novembre 2017

    8h30 - Assemblée plénière :

    1) Examen et adoption d'un projet d'avis sur le projet de "loi du pays" portant modification de la "loi du pays" n°2015-3 du 25 février 2015 modifiée relative aux conditions d'admission au régime de solidarité "RSPF" et au contrôle de leur respect.

    2) Présentation de l'enquête emploi et Budget des familles par l'Institut de la Statistique de Polynésie française.

     
  • Jeudi 17 août 2017

    8h30 - Assemblée plénière : Examen et adoption du projet d’avis sur un projet de « loi du Pays » portant modification du livre II de la partie I du code du travail relatif au contrat de travail et du livre VI de la partie V du code du travail relatif au travail illégal. Le projet d’avis sera présenté par mesdames Marie-Hélène TIRAO et Diana YIENG KOW en leur qualité de rapporteures.

     
  • Mardi 25 juillet 2017

    08h00 - Assemblée plénière : Examen et adoption du projet d’avis sur le projet de "loi du pays" relatif aux aides au secteur de la pêche, présenté par madame Lucie TIFFENAT et monsieur Félix FONG en leur qualité de rapporteurs.

     
>> Consulter tout l'agenda
JEUDI 11 AOÛT 2011
ÉCLOSERIE DE ‘RORI’ AUX TUAMOTU
La Présidente Raymonde RAOULX a reçu hier après-midi messieurs Alain CHAVES, Gérald TERIIEROOITERAI, et Max TERIIEROOITERAI venus lui présenter le projet d’investissement qu’ils ambitionnent. La société CMAQ (Compagnie Maohi pour l’Aquaculture) qu’ils sont en voie de constituer sera composée uniquement d’investisseurs polynésiens.
De gauche à droite : M. Alain CHAVES, Mme RAOULX, M. Max TERIIEROOITERAI, M. Gérald TERIIEROOITERAI
En gestation depuis une quinzaine d’années, ce projet a fait l’objet d’études approfondies, de recherches, et de visites de sites d’exploitation, notamment aux Iles Kiribati et au Vanuatu.
Le projet consiste en l’exploitation de fermes d’élevage en milieu contrôlé d’holothuries (concombres ou bêches de mer, appelés rori en langue tahitienne), de langoustes, de crabes et de poissons. L’objectif vise l’exportation de produits de la mer vers le marché asiatique principalement (Hong Kong, Taiwan, Singapour), mais aussi vers l’Amérique du nord. La clientèle ciblée est essentiellement asiatique d’origine chinoise, clientèle traditionnellement avide et grande consommatrice d’holothuries notamment.
L’holothurie sera la première espèce animale qui sera produite par la société dans sa phase de lancement. Pour ce faire, les techniciens de la société ont mis au point un processus novateur de reproduction en écloserie. L’activité d’écloserie et d’élevage se fera uniquement en milieu marin, et non en bassin pour éviter le développement de maladies infectieuses et garantir un produit de grande qualité.
Ce type d’exploitation en milieu contrôlé, encore très rare sur le plan mondial, vise à protéger les ressources naturelles existantes et les écosystèmes des sites exploités. Seuls les géniteurs seront prélevés en milieu naturel. Une seule femelle peut pondre plus de 5 millions d’œufs.
Pour répondre à une demande mondiale sans cesse croissante en holothuries, de nombreux pays exportateurs ont littéralement vidés leurs lagons, sans prendre les mesures nécessaires en matière de gestion, de suivi et de comptage des ressources. Les études et statistiques montrent une surexploitation inquiétante, notamment aux Galapagos, en Indonésie, aux Philippines, en Malaisie, en Papouasie Nouvelle Guinée, aux Iles Salomon, en Nouvelle-Calédonie, en Australie, en Égypte, à Madagascar et aux Iles Kiribati. Il faut espérer que la Polynésie française ne suivra pas la même voie.
La société CMAQ souhaite installer sa première écloserie sur l’atoll domanial d’Anuanuraro aux Gambier qui possède de nombreux atouts : isolement, qualité environnementale exceptionnelle, 600 Ha de lagon. Dans cette perspective, elle sollicitera une concession maritime d’une centaine d’hectares dans sa phase de lancement, et une parcelle de terre de 3.000 m² pour créer la zone de vie des exploitants.
L’investissement s’élèvera à environ 50 à 80 millions de francs pacifiques sur les quatre premières années d’exploitation et génèrera la création de 5 emplois dès la première année. Lors de la troisième année d’exploitation, la récolte des holothuries nécessitera la création de 20 emplois par l’embauche de plongeurs, de manœuvres, et de pilotes de bateau. Le financement sera réalisé sur fonds propres.
Madame RAOULX adhère à ce projet qui va dans le sens du développement durable et n’a pas manqué de féliciter et d’encourager les investisseurs à concrétiser leur projet.
Après avoir rencontré le ministre Jacky BRYANT, ils présenteront leur projet au ministre Temauri FOSTER

La Présidente Raymonde RAOULX a reçu messieurs Alain CHAVES, Gérald TERIIEROOITERAI, et Max TERIIEROOITERAI venus lui présenter le projet d’investissement qu’ils ambitionnent. La société CMAQ (Compagnie Maohi pour l’Aquaculture) qu’ils sont en voie de constituer sera composée uniquement d’investisseurs polynésiens.

De gauche à droite : M. Alain CHAVES, Mme RAOULX, M. Max TERIIEROOITERAI, M. Gérald TERIIEROOITERAI

En gestation depuis une quinzaine d’années, ce projet a fait l’objet d’études approfondies, de recherches, et de visites de sites d’exploitation, notamment aux Iles Kiribati et au Vanuatu.

Le projet consiste en l’exploitation de fermes d’élevage en milieu contrôlé d’holothuries (concombres ou bêches de mer, appelés rori en langue tahitienne), de langoustes, de crabes et de poissons. L’objectif vise l’exportation de produits de la mer vers le marché asiatique principalement (Hong Kong, Taiwan, Singapour), mais aussi vers l’Amérique du nord. La clientèle ciblée est essentiellement asiatique d’origine chinoise, clientèle traditionnellement avide et grande consommatrice d’holothuries notamment.

L’holothurie sera la première espèce animale qui sera produite par la société dans sa phase de lancement. Pour ce faire, les techniciens de la société ont mis au point un processus novateur de reproduction en écloserie. L’activité d’écloserie et d’élevage se fera uniquement en milieu marin, et non en bassin pour éviter le développement de maladies infectieuses et garantir un produit de grande qualité.

Ce type d’exploitation en milieu contrôlé, encore très rare sur le plan mondial, vise à protéger les ressources naturelles existantes et les écosystèmes des sites exploités. Seuls les géniteurs seront prélevés en milieu naturel. Une seule femelle peut pondre plus de 5 millions d’œufs.

Pour répondre à une demande mondiale sans cesse croissante en holothuries, de nombreux pays exportateurs ont littéralement vidés leurs lagons, sans prendre les mesures nécessaires en matière de gestion, de suivi et de comptage des ressources. Les études et statistiques montrent une surexploitation inquiétante, notamment aux Galapagos, en Indonésie, aux Philippines, en Malaisie, en Papouasie Nouvelle Guinée, aux Iles Salomon, en Nouvelle-Calédonie, en Australie, en Égypte, à Madagascar et aux Iles Kiribati. Il faut espérer que la Polynésie française ne suivra pas la même voie.

La société CMAQ souhaite installer sa première écloserie sur l’atoll domanial d’Anuanuraro aux Gambier qui possède de nombreux atouts : isolement, qualité environnementale exceptionnelle, 600 Ha de lagon. Dans cette perspective, elle sollicitera une concession maritime d’une centaine d’hectares dans sa phase de lancement, et une parcelle de terre de 3.000 m² pour créer la zone de vie des exploitants.

L’investissement s’élèvera à environ 50 à 80 millions de francs pacifiques sur les quatre premières années d’exploitation et génèrera la création de 5 emplois dès la première année. Lors de la troisième année d’exploitation, la récolte des holothuries nécessitera la création de 20 emplois par l’embauche de plongeurs, de manœuvres, et de pilotes de bateau. Le financement sera réalisé sur fonds propres.

Madame RAOULX adhère à ce projet qui va dans le sens du développement durable et n’a pas manqué de féliciter et d’encourager les investisseurs à concrétiser leur projet.

Après avoir rencontré le ministre Jacky BRYANT, ils présenteront leur projet au ministre Temauri FOSTER

Suivez-nous sur :

  facebook twiter youtubenewsletter

 

Lundi à jeudi de 8h à 17h
Vendredi de 8h à 16h

Standard : +689 40416500
FAX : +689 40419242