La Présidente Raymonde RAOULX a rencontré lundi après-midi madame Magali CHARBONNEAU, dans les locaux du Haut-Commissariat. Madame Lydie ATIU et monsieur John DOOM, membres du CESC, ont tenu à l’accompagner en présence de madame Alexa BONNETTE, secrétaire générale du Conseil.

Madame CHARBONNEAU précise qu’elle n’a aucun pouvoir de décision dans cette affaire, et que seul le Ministère de l’Éducation Nationale est en mesure de prendre les dispositions attendues par les membres du Collectif des professeurs stagiaires. Elle a reçu ces derniers le 14 juillet dernier et reste en contact permanent avec eux. Quant à la fermeture temporaire du Vice-rectorat, madame CHARBONNEAU souligne que la maintenance logicielle de son parc informatique l’a exigé, avant la prochaine rentrée scolaire.

Consciente de la situation d’urgence dans laquelle se trouvent les jeunes professeurs stagiaires, la Directrice de cabinet s’est très vite mise en relation avec le Haut-Commissaire Richard DIDIER à Paris pour lui faire part de ses observations.  Elle a fait valoir certains arguments en faveur des stagiaires, notamment le fait que les intéressés aient été avertis très tard des mesures qui leur étaient réservées. Il s’avérerait que des professeurs stagiaires ne pourraient être affectés en Polynésie française que s’ils étaient mis à la disposition du Pays. La moitié d’entre eux a pu bénéficier d’une affectation en Polynésie française grâce aux mesures dérogatoires préconisées par le Vice-rectorat et le Haut-Commissariat.

En l’absence d’éléments nouveaux, madame CHARBONNEAU s’est engagée à communiquer au CESC et aux membres du Collectif toutes informations utiles reçues de la métropole.

Les députés et sénateurs polynésiens auraient d’ores et déjà saisi l’Élysée de cette affaire.